NOS GUIDES D'ACHAT HIGH-TECH

Pour bien choisir, il faut savoir !

personnage

Les performances d’un SSD : quels critères regarder ?

Ca y est, c'est décidé, vous allez investir dans l’achat d’un SSD pour donner un nouveau souffle à votre ordinateur. Excellente décision ! Mais alors, comment le choisir parmi tous les modèles proposés ? Voici quelques conseils pour trouver le meilleur disque SSD selon votre usage…

ordinateur-et-ssd

 

D’abord, il faut savoir que tous les disques SSD sont rapides et que vous sentirez une réelle différence par rapport à un disque dur. Mais quand vous décidez de dépenser plus d'argent dans un disque offrant moins de capacité de stockage, il est normal que vous en vouliez pour votre argent.

Aux performances doit aussi s’ajouter la fiabilité. Il faut admettre que ce critère n’est pas simple à évaluer lorsqu’on connaît peu cette technologie. Voici donc les principaux critères que vous devrez rechercher avant d’acheter un SSD :

 

La capacité de stockage

Commençons par le plus évident quand on parle d’une unité de stockage : sa capacité ! Pendant un temps, la contenance des disques SSD a été leur principal point faible (avec leur prix). Heureusement, la capacité de stockage des Solid State Drives ne cesse d’augmenter tandis que les prix sont à la baisse. Exemple : le modèle Extreme Pro de SanDisk, qui propose une capacité de 960 Go.

Si vous envisagez de vous offrir un SSD, nous vous conseillons de choisir un modèle ayant une bonne capacité de stockage. La raison ne tient pas seulement dans le nombre de fichiers que vous pourrez sauvegarder dessus. En effet, contrairement à un disque dur traditionnel, la capacité d’un SSD est directement liée à ses performances.

Deux disques SSD d’une même gamme mais aux capacités de stockage différentes afficheront probablement des performances différentes. Ces variations s’expliquent par le nombre et le type de puces NAND dont est équipé le disque SSD.

Plus un SSD possède de puces NAND et plus il peut répartir la lecture et l’écriture des données entre les puces afin d’augmenter ses performances.

On conseille généralement de choisir si possible un SSD d’au moins 64 Go, même si cela reste encore un peu limité. Quitte à investir dans un SSD, mieux vaut opter pour un produit d’une capacité minimale de 128 Go. Vous pourrez alors installer votre système d’exploitation dessus ainsi que quelques programmes lourds type Office ou Photoshop. Cela permettra à votre système et à ces programmes de démarrer beaucoup plus rapidement.

 

Les vitesses de lecture/écriture

Les vitesses maximales en lecture tournent généralement autour de 400 Mo/s, et celles en écriture varient autour de 300 Mo/s (méga-octets par seconde). Mais attention ! Ces chiffres sont à prendre avec des pincettes car ils sont le résultat de tests réalisés par les constructeurs eux-mêmes. Les débits peuvent parfois être plus lents ou plus rapides.

En théorie, plus les vitesses en lecture/écriture sont élevées et plus vous pourrez lire ou copier rapidement des données dessus. À l’usage, le comportement entre un SSD annonçant de hauts débits de transferts et un censé être moins performant ne sera pas toujours flagrant. Si vous avez un budget élevé, privilégiez tout de même un disque SSD affichant de bons débits en lecture/écriture. Un autre détail, et non des moindres, est également à prendre en compte dans le choix de la mémoire. En plus des différents types de mémoires déjà cités, on compte deux spécificités: la mémoire synchrone (ONFi 2.x) et la mémoire asynchrone (ONFi 1.0).

Le type de mémoire flash le plus rapide est la synchrone. Généralement, les SSD bon marché embarquent ainsi une mémoire asynchrone (moins chère) quand les plus performants intègrent de la mémoire flash synchrone.

Sans entrer dans les détails techniques, la mémoire flash synchrone est une nouvelle technologie qui permet de traiter des données deux fois plus rapidement que la mémoire flash asynchrone.

La conception de contrôleurs SSD utilise une compression de données à la volée pour atteindre de hautes performances en termes de rapidité d'accès. En pratique, cela signifie que les données fortement compressibles tels que des fichiers texte et des codes sources peuvent atteindre de meilleures performances que des données très incompressibles telles que des photos JPEG, des fichiers h.264 ou MP4 vidéo ou encore des fichiers binaires d'application.

Si vous pouvez vérifier cette information, préférez donc une technologie synchrone plutôt qu'asynchrone lors de l'achat de votre SSD.

 

Le contrôleur

Sur un SSD, le contrôleur est l’équivalent du bras mécanique qui vient lire ou écrire des données sur un disque dur. C’est un processeur intégré qui va s’occuper d’une variété d’opérations liées à la lecture ou l’écriture de données.

Le contrôleur est donc un élément important à prendre en compte concernant la vitesse d’un SSD. Sa façon de stocker, récupérer, mettre en cache, nettoyer ou corriger les erreurs de mémoire permet de déterminer les performances globales du disque. Un bon contrôleur assurera également une durée de vie plus longue à votre disque SSD.

 

A retenir :

Une bonne technologie de contrôleur est souvent ce qui sépare un bon d'un excellent SSD. On compte quatre fabricants majeurs de contrôleurs : Intel, Sandforce, Marvel et Indilinx. Tous proposent des produits à la fois fiables et performants.

 

 

 

Les IOPS

Il faut également prendre en compte le nombre d’IOPS pris en charge par un disque SSD en comparaison d’un disque dur.

Les Entrées/Sorties Par Seconde ("Input/Output Per Second" ou IOPS en anglais) déterminent le nombre maximal d'opérations qu’un disque dur, SSD ou SAN peut traiter par seconde. Sur un SSD, le nombre d’IOPS est largement augmenté par rapport à un HDD.

Le résultat : de meilleures performances lorsque vous exécutez plusieurs tâches à la fois sur votre ordinateur (ce que l’on appelle communément le "multitâche"). Ainsi, plus un SSD affiche d'IOPS, plus il pourra traiter d'informations rapidement et sera performant en multitâche. C'est un avantage certain pour les joueurs qui ont besoin d'exploiter au maximum la puissance offerte par leur disque SSD.

 

Les types de mémoires

Il existe trois types de mémoire flash SSD: SLC NAND (Single Level Cell), MLC NAND (Multi Level Cell) et TLC NAND (Triple Level Cell). La MLC est la plus commune tandis que la TLC est la moins chère.

La mémoire SLC utilise une seule cellule pour stocker un bit de donnée. La mémoire MLC est plus complexe et peut interpréter quatre états numériques à partir d'un signal stocké dans une seule cellule. Cela la rend plus dense pour une zone donnée: elle est donc moins chère à produire mais s'use plus rapidement.

Ainsi, une cellule MLC peut généralement supporter 10 000 cycles d'écritures/effacements avant de rencontrer des erreurs contre 100 000 pour une cellule SLC. C'est pour cette raison (rapidité et fiabilité) que la mémoire SLC est généralement réservée aux usages professionnels.

Gardez cependant à l'esprit que pour un usage normal, la mémoire MLC est largement suffisante et peut déjà supporter un nombre considérable de cycles de lectures/écritures.

 

La taille et la finesse

La plupart des SSD récents sont livrés en format 2.5 pouces. Si vous souhaitez installer le vôtre dans un PC de bureau, vous aurez besoin d'un adaptateur de baies 2.5 vers 3.5 pouces (ce dernier format étant celui propre aux PC de bureau).

La finesse d'un disque SSD est également à prendre en compte si vous souhaitez l'installer dans un ordinateur portable très fin. Celle-ci est mesurée en "hauteur-z". En général, les SSD sont proposés en deux épaisseurs, 7 mm ou 9,5 mm.

Si vous possédez un ordinateur portable ultra-fin, il vous faudra opter pour une hauteur de 7 mm voire pour une interface mSATA.

 

La commande TRIM

TRIM est une commande qui permet au système d'exploitation d'indiquer au SSD quels blocs de données ne sont plus considérés comme utilisés et peuvent ainsi être nettoyés. Cela permet de dégager de l'espace de stockage, d'améliorer les temps d'accès aux données et de réduire le nombre d'erreurs.

La plupart des SSD modernes ont intégré TRIM, mais cela fait partie des critères à surveiller pour exploiter tout le potentiel de votre matériel.

 

La commande SMART

La commande SMART est un système de surveillance permettant de détecter et signaler divers indicateurs de fiabilité parfois intégré dans les disques durs et SSD. Son but est d'anticiper les problèmes qui pourraient survenir afin de les régler à la source.

Lorsqu'une panne est prévue par SMART, l'utilisateur peut choisir de remplacer son espace de stockage pour éviter une éventuelle perte de données. Le fabricant peut lui aussi utiliser les données récoltées par SMART pour découvrir où se trouvent les défauts et empêcher qu'elles se reproduisent dans leur futur produits.

On comprend alors tout l'intérêt de disposer de cette fonctionnalité lorsqu'on opte pour un nouveau SSD !

 

< Pourquoi un SSD ?                  Quel SSD choisir ? >


SSD